Jean Cocteau et la ligne transgressée
- Alex Callebaut
_______________________________
pages 1 2 3 4 5 6 7

Sciences cognitives

       Quand il s’agit de décrire la ligne, la langue propose une distinction entre écriture et dessin. Du point de vue sémantique, le mot « gribouillis » pourrait nommer un processus de conception plus en amont par rapport à cette distinction, mais son sens s’attache avant tout à l’aspect confus d’un trait indéfini. La lecture se défend cependant de toute perception sélective. En face du support, le processus réceptif et constructif de la lecture est automatique et indivisible. Le caractère holistique de la lecture se reflète également dans l’acte créateur :

       Tous [les signes scripturaux et non scripturaux] participent à une organisation du support comme surface d’inscription susceptible à la fois de recevoir les traces et d’assurer leur transformation. Ils permettent de penser le travail de l’élaboration du texte à travers une dynamique matérielle de la trace [8].

Lecture et écriture

       Avant de s’avancer sur le terrain cognitif, le rapport étroit entre lecture et écriture doit être défini. Pour l’écrivain comme pour le lecteur, la lecture et l’écriture participent à chacune de leurs activités. D’un côté, l’écrivain écrit en étant le premier lecteur et, de l’autre, le lecteur perçoit le support en construisant une représentation mentale : « Au fond, lire est peut-être une manière de réécrire un brouillon - un brouillon analogue (et) sans cesse renouvelé, à jamais oscillant entre le Même et l’Autre » [9]. Lecture et écriture ne sont plus perçues comme des processus distincts, leur parallélisme renforce la dynamique cognitive vis-à-vis du support. Reste à savoir de quelle manière le modèle cognitif aborde une création composite.
       La première approche du ms. 1 b CW est d’emblée marquée par la présence du dessin. Il est impossible de ne pas l’apercevoir avant ou pendant la lecture. L’imaginaire se sert donc de la ligne graphique pour construire la lecture. Comme le précise Lynn Van de Wiele, la dynamique du processus cognitif se diversifie en fonction de la ligne :

Même au niveau de base que constitue l’instant de reconnaissance perceptive, l’écrit verbal et le tracé graphique se distinguent par une appréhension linéaire et consécutive pour le premier et par une vision d’ensemble qui se réalise d’emblée pour le second. La liberté dans l’interprétation qu’autorise la non-codification du langage graphique va de pair avec une interprétation à la fois lente, puisque moins prévoyante, et holistique liée à une vision d’ensemble immédiate [10].

Du point de vue cognitif, la théorie du double codage d’Allan Paivio explique la façon dont le processus de perception traite le langage ainsi que les objets non-verbaux :

       La cognition humaine est unique dans sa spécialisation du traitement simultané du langage et des objets et événements non-verbaux. De surcroît, le système du langage est particulier dans son traitement direct des données en entrée et en sortie (sous forme de l’énonciation et de l’écriture) en servant simultanément une fonction symbolique en relation avec des objets et événements non-verbaux ainsi que des comportements. Toute théorie de la représentation doit accommoder cette double fonctionnalité [11].

Le double codage établit une structure de traitement du tracé verbal et non-verbal [12]. Paivio postule deux systèmes sous-jacents. D’un côté, les images sont automatiquement classées dans le système imagens et dans le système logogens, de l’autre, les éléments verbaux sont uniquement traités sur le plan du logogens [13]. Cette différence quantitative est un des arguments permettant d’expliquer la supériorité de l’image dans le traitement cognitif.
       Les psychologues cognitifs Valérie Gyselinck et Hubert Tardieu vont plus loin dans l’analyse du processus de la construction de la compréhension. Ils constatent une progression analogue dans les théories de la compréhension du langage de P. N. Johnson-Laird et de Walter Kintsch [14].
       La théorie de Johnson-Laird s’appuie sur un cycle en trois étapes. Le lecteur construit tout d’abord une représentation à partir de graphèmes et de phonèmes. Une représentation propositionnelle s’en dégage par la suite. Elle est traitée sémantiquement pour construire enfin un modèle mental qui joue un rôle central dans le processus participatif et constructif de la lecture 

C’est une représentation mentale qui intègre aussi bien le texte que le monde désigné par le texte. Un modèle mental est un modèle interne d’un état des choses. Sa structure est analogue à l’état des choses représentées par le modèle. En tant que représentation dynamique, le modèle mental reflète la compréhension actuelle du texte par le lecteur. Le modèle est mis à jour au fur et à mesure que la lecture avance [15].

       Le modèle triparti de Kintsch intitulé Construction - Intégration opère dans la mémoire à court terme. Celle-ci fait à son tour partie d’une architecture plus complexe [16]. Pendant la première phase, celle de la construction, un système de production s’active chez le lecteur pour coordonner la construction d’un réseau de connaissances. Il fonctionne à partir de règles faibles qui génèrent un ensemble d’éléments plus ou moins pertinents. Une représentation linguistique va consolider cet ensemble. L’étape suivante est la construction d’un réseau propositionnel. Si le réseau bénéficie de l’apport de connaissances à partir d’expériences acquises par le lecteur, il se transforme en un réseau propositionnel élaboré. Enfin l’intégration des données est initiée à partir de ce réseau associatif de nouds propositionnels.

>suite
retour<
[8] S. Tisseron, « Fonctions du corps et du geste dans le travail d’écriture », dans Genesis Psychanalyse, Jean-Michel Place, Paris, 1995, p. 37.
[9] J. Bellemin-Noël, Le texte et l’avant-texte, Paris, Librairie Larousse, 1972, p. 23.
[10] L. Van de Wiele, « Le rôle cognitif du dessin dans les manuscrits poétiques de Jean Cocteau », dans Degrés, sous la direction de M. Dominicy et D. Gullentops, Bruxelles, Degrés, n° 121-122, 2005, p.  k, 2-3.
[11] « Human cognition is unique in that it has become specialized for dealing simultaneously with language and with nonverbial objects and events. Moreover, the language system is peculiar in that it deals directly with linguistic input and output (in the form of speech or writing) while at the same time serving a symbolic function with respect to nonverbial objects, events, and behaviors. Any representational theory must accomodate this dual functionality » (A. Paivio, Mental representations, New York, Oxford University Press, 1986, p. 53).
[12] En 1993, Hegarty et Just ont enregistré les mouvements oculaires de lecteurs face à un texte contenant des illustrations. Cette expérience montre que les illustrations sont traitées pendant la lecture. V. Gyselinck et H. Tardieu, « The role of illustrations in Text Comprehension : What, When, for Whom, and Why ? », dans The construction of mental representations during reading, Lawrence Erlbaum Associates, London, 1999, p. 202.
[13] Dans la théorie du double codage, les traitements verbal et non-verbal, appelés respectivement logogens et imagens, constituent des systèmes parallèles de représentation mentale. La structure des unités du type logogens est principalement séquentielle et se forme à partir de relations associative et hiérarchique, tandis que la structure imagens est construite à partir de l’ensemble pictural (A. Paivio, op. cit., pp. 67-74).
[14] V. Gyselinck et H. Tardieu, « The role of illustrations in Text Comprehension : What, When, for Whom, and Why ? », art. cit., pp. 196-197.
[15] « It is a mental representation that integrates both the text and the world denoted by this text. A mental model is an internal model of a state of affairs, and its structure is analogical to the state of affairs it represents. Viewed as a dynamic representation, the mental model reflects the reader’s current understanding of the text, and the model is updated as reading progresses » (Ibid., p. 197).
[16] L’architecture qui englobe le modèle CI est intitulée Architecture Intelligente et Intégrée (IIA, Intelligent Integration Architecture). Cette architecture recouvre les différents acteurs de la mémoire : le système de production (Production System ), la mémoire à court terme (Short Term Memory), la mémoire épisodique du texte (Episodic Text Memory), la mémoire à long terme (Long Term Memory) et la procédure de décision (Decision Procedure) (C. Wharton, W. Kintsch, « An Overview of the Construction-Integration Model : A Theory of Comprehension as a Foundation for a New Cognitive Architecture », Sigart Bulletin, Vol. 2, n° 4, 1991, p. 171, site internet).